Salariés

5ème baromètre ACTINEO/CSA

Lancé en 2005, ACTINEO a pour objectif d’inciter les dirigeants à se servir de l’espace de travail comme levier de performance mais aussi comme source de bien être pour leurs collaborateurs. Les trois missions d’ACTINEO: Observer, Décrypter, Communiquer.

Ainsi le 5 Novembre dernier, ACTINEO a présenté son 5ème baromètre ACTINEO/CSA sur la qualité de vie au bureau, réalisé online auprès de 1204 actifs travaillant dans un bureau, issus d’un échantillon national de 2500 personnes représentatives de la population active française.

A cette occasion, AVENTIVE a participé aux échanges et débats animés par Alain d’Iribarne, sociologue, Président du Conseil scientifique d’Actineo ; Jean-Gabriel Carlier, Directeur de l’immobilier et des services généraux de Renault; Nathanaël Mathieu, Président de LBMG Worklabs; Julie Gaillot, Directrice adjointe du Pôle société de l’institut CSA, et vous délivre ici les perspectives et enjeux de l’environnement de travail. Entre banalisation des open space, émergence des tiers lieux, développement de postes de travail partagés… Il en résulte que les espaces de travail au bureau et leurs emménagements ne sont plus de simples questions d’investissement immobiliers, mais des choix stratégiques dans un contexte d’évolution forte de la vie au bureau et des attentes des salariés.

Continuer la lecture

Trouver l’équilibre entre intimité et collaboration

Pour poursuivre une réflexion [i] que nous affirmons essentielle, tant l’organisation du lieu de travail impacte sur la performance générale des entreprises et administrations, Aventive vous soumet le compte-rendu d’une conférence organisée par la Harvard Business Review de Londres. Deux chercheuses de la société Steelcase y sont intervenues, sans faire mystère, chiffres à l’appui, des critiques exprimées sur les espaces ouverts. Le lien qu’elles dressent entre l’évolution indispensable des méthodes managériales et les espaces partagés comme outil de performance nous semblent particulièrement pertinent et c’est pourquoi nous vous en proposons la traduction ci-dessous.

Vous pouvez retrouver l’article dans sa version originale sur le site de Rullion Solutions.

Continuer la lecture

Améliorer la santé via l’environnement de travail

Aux Etats-Unis, les questions de santé publique sont devenues d’une actualité brulante, au regard des problèmes rencontrés par une vaste partie de la population. Naturellement, cet intérêt accru a dépassé le cadre des seules politiques publiques pour pénétrer dans la sphère des entreprises, lesquelles semblent avoir pris brutalement conscience des coûts générés par les problèmes de santé et de mal être de leurs salariés. Les fruits des recherches conduites outre-Atlantique pour traiter cette problématique commencent à être cueillis et on y relève d’ores et déjà un certain nombre de pistes qui ne manqueront pas d’interpeler les professionnels de l’aménagement, y compris sur le Vieux Continent.

Continuer la lecture

Regards croisés sur un projet, l’implantation d’une plateforme de transition professionnelle

« Nous avions déjà travaillé avec le cabinet Transformations il y a un peu plus d’un an, à la réalisation de l’ingénierie immobilière d’un projet des plus original et passionnant qu’il nous ait été donné de réaliser de par la singularité et la complexité de la problématique adressée. Pour ce nouveau projet à Tours, Transformations, assurant toujours la conception et le déploiement du volet « Humain » de l’opération, a souhaité nous impliquer dès l’élaboration de son programme, dans une opération de même nature mais bien plus complexe en termes d’ambition et de volumétries. Il s’agissait de trouver et aménager un site en cohérence avec les enjeux du projet et du territoire, et de créer ainsi un « phalanstère de la transition professionnelle » comme il n’en existe certainement pas d’autres aujourd’hui en France. »

Jean-Philippe Zucchiatti –Directeur Associé Aventive

Aventive a sollicité M. Franck Raspo, Associé du cabinet Transformations, pour évoquer leur collaboration dans le cadre de ce projet de mise en place d’une plateforme de transition professionnelle.

Continuer la lecture

L’open-space, trop vite diabolisé

Dans le cadre des débats sur les espaces ouverts, illustrés par de nombreuses publications très critiques dans la presse française, nous pensons, chez Aventive, que la question des espaces ouverts souffre d’a priori, parfois fondés, parfois injustifiés, mais qui rendent toujours difficile l’étude objective des faits. Dans une démarche de R&D, nous souhaitons apporter des éléments à ce débat central, par exemple en cherchant au-delà de nos frontières les réflexions menées sur le phénomène de l’open space.  Nous vous proposons donc aujourd’hui une traduction d’un article paru Outre-Manche, où cette problématique agite les esprits autant qu’en France. Son auteur, Nigel Oseland, passé par quelques-uns des plus grands cabinets de conseil immobilier britanniques, est un expert reconnu des environnements de travail, change manager, spécialiste des problématiques environnementales et auteur de plusieurs ouvrages sur les lieux de travail.

Son style, typiquement anglo-saxon et  donc particulièrement direct et informel, pourra surprendre mais a le mérite de ne pas se perdre en circonvolutions. Si certains lecteurs feront à l’auteur le procès d’un parti-pris dont il se défend, cette tribune a le mérite de mettre en garde contre les lectures hâtives des études sur le sujet et de pointer la différence essentielle qui doit être faite entre l’environnement de travail ouvert en lui-même et son utilisation.

Vous pouvez retrouver l’article dans sa version originale sur le site Workplace Insight.

Continuer la lecture

Du traitement de l’espace pour accroître un agir ensemble

Si le lien entre l’espace commercial et les environnements de bureau se fait une place croissante dans la doxa immobilière, il n’en reste pas moins, sinon superficiel, du moins incomplet. L’intégration de la marque dans les espaces afin de transmettre une image, des valeurs, une culture, à tous les publics de l’entreprise constitue l’exemple le plus remarquable de la nouvelle porosité entre ces deux univers. La démarche de design expérientiel portée par Aventive se nourrit ainsi des développements conduits par des enseignes commerciales pour créer des environnements multisensoriels et uniques destinés à leurs consom’acteurs. Pour autant, nombre de leçons issues de l’expérience du lieu de vente n’ont pas encore pénétré la sphère de l’aménagement de bureaux. Ce constat réalisé par Aventive, est également porté par François Rajaud, Expert RH, Relations sociales et RSE. Passé notamment par les NMPP (Presstalis) et Groupama, où il a occupé les postes de DRH de Groupama SA et Directeur Achats et Logistique Groupe, François Rajaud a accepté de partager avec nous sa vision prospective sur le sujet.

—–

De longue date un savoir s’est constitué sur la relation entre l’acte d’achat et l’espace de vente, au travers des pratiques ancestrales de marchands à l’étal, d’expérimentations généralisées dans la grande distribution, de conceptualisations récentes couronnées de réussites commerciales incontestables. Rien cependant, ou si peu, quant à la relation entre l’acte de travailler et l’espace de travail tertiaire.

Le « merchandising » est un pan du marketing qui s’appuie sur des mesures, des analyses et des méthodes visant à optimiser la présentation spatiale et psychologique de produits ou de services à vendre. Il vise principalement deux objectifs : en premier lieu, favoriser et engendrer le passage à l’acte d’achat, et en second lieu affirmer l’identité de la marque. Il s’attache pour ce faire à ce que soient guidé et facilité le cheminement du client, augmentées la lisibilité et l’attractivité d’une offre, concrétisé le rapport qualité/service rendus.

Continuer la lecture

L’immobilier, facteur-clé du change management

« Chez Aventive, nous disons à l’envie que l’homme est au cœur du projet. Nous y croyons, et nous le mettons en œuvre dès que l’occasion nous en est donnée. Nous refusons de reproduire systématiquement les schémas qui fonctionnent par ailleurs, nous sommes opposés à la duplication d’un projet à l’autre car nous sommes très attachés à mettre en place des environnements de travail et lieux vie porteurs de sens. Pour y parvenir, les espaces doivent à minima refléter les valeurs de ceux qui les occupent, et non celles de ceux qui les conçoivent. Pour y parvenir, le concepteur devra pouvoir appréhender l’expression d’un besoin en ayant la force de s’affranchir du carcan technico-temporel du projet. Nous avons eu l’opportunité, l’été dernier, de travailler sur une problématique originale lorsqu’un cabinet de Change Management nous a approchés pour traduire un programme purement social qu’il avait élaboré. Il nous a fallu comprendre, interpréter et mettre en perspective des solutions pour réaliser une opération complexe par sa nature et ses enjeux, s’agissant de trouver le site et l’aménager en conformité avec les attentes fortes qui nous avaient été exprimées. » _ Jean-Philippe Zucchiatti – Directeur Associé Aventive

Aventive a sollicité M. Thoai Phong Nguyen, Directeur Associé du cabinet Transformations, pour évoquer leur collaboration dans le cadre du projet d’amélioration du sens donné au travail et de l’engagement collectif au sein d’un grand groupe industriel français.

—————

Transformations est intervenu récemment pour des grands comptes dans le cadre d’importantes problématiques comportementales individuelles et collectives. Pouvez-vous nous présenter l’activité de votre société?

Notre cabinet est un conseil en changement et transformation d’entreprise. Partant d’un travail sur la culture et l’identité professionnelle de nos clients, nous intervenons sur les résistances au changement, qu’elles soient de nature psychologique, organisationnelle ou symbolique.  Nous travaillons notamment à la démystification des tabous ou la levée des peurs par des mises en situation forcément collectives. Il faut pour cela que le client soit courageux et nous fasse confiance, parce que tout changement, toute transformation engendre naturellement des réactions qui peuvent sembler négatives: pour nous, pas de guérison sans fièvre. La pire des situations étant l’absence de symptôme, soit parce que nous n’avons pas assez challengé le corps social, soit parce que cela indique un désinvestissement des collaborateurs dans leur travail.

Continuer la lecture

Échanger dans l’entreprise: les media sociaux confirment la demande

SilkRoad, société américaine spécialisée dans les logiciels RH, vient de faire paraître une étude, intitulée Social Media & Workplace Collaboration [1], sur l’utilisation des media sociaux sur les lieux de travail. Les résultats ne sont guère surprenants mais confirment l’utilisation massive de ces réseaux par les salariés, puisque 75% des sondés avouent s’y connecter quotidiennement depuis leur mobile et même 60% plusieurs fois par jour. Plus intéressant encore, le sondage relève comme premier motif de connexion, le désir de contacter ses collègues, devant l’envie de se distraire et celle d’interagir avec ses clients. On note que ce dernier motif est donné avant tout par les services marketing qui voient les media sociaux comme un outil des plus pertinents pour mettre en œuvre leurs stratégies. Le sondage est bien évidemment agrémenté d’un certain nombre de commentaires qui pointent l’inutilité, voire la contre-productivité, d’une politique d’entreprise visant à limiter l’utilisation des réseaux sociaux par les collaborateurs. Au contraire, la demande d’accès ne devrait que croître et les entreprises seront nécessairement amenées à y répondre en offrant les outils et l’accompagnement nécessaires à l’utilisation des media sociaux. Une autre étude [2], conduite au Royaume Uni par Hyphen, cabinet de conseil en recrutement, dévoile que plus de 40% des salariés apprécieraient d’avoir un échange avec leurs managers par l’intermédiaire de Facebook, et la réciproque se révèle tout aussi vraie !

Continuer la lecture

Faut-il favoriser la sieste sur le lieu de travail?

La possibilité de permettre aux employés de faire une sieste sur leurs lieux de travail est encore un sujet tabou. Elle est pourtant reconnue et acceptée en Asie et, depuis quelques années, les sociétés anglo-saxonnes s’y sont mises. L’idée commence à faire son chemin en France, avec quelques tentatives de faire évoluer les mentalités [i]. Il n’est cependant pas toujours évident de discerner dans cette initiative ce qui relève d’une opération d’image corporate et du constat d’une meilleure productivité des salariés. Qu’en est-il réellement ?

Le principal avantage d’autoriser la sieste en journée est de compenser le manque de sommeil. En effet, si un débat existe sur le fameux « 8H par nuit » tant le besoin en sommeil semble pouvoir différer d’un individu à l’autre, il est scientifiquement prouvé que le manque de sommeil nuit, non pas à la capacité cognitive du sujet, mais à son attention [ii]. Le cerveau perd beaucoup plus rapidement sa capacité à se concentrer sur un travail, parfois même à l’insu du sujet qui peut se croire aussi alerte et attentif qu’habituellement. Il faut noter qu’il existe un lien entre cadences de travail étendues et troubles du sommeil, avec pour conséquence la création d’un cercle vicieux heures supplémentaires > manque de sommeil > perte de concentration > perte de productivité > heures supplémentaires… La sieste n’est donc plus à considérer comme un avantage offert au salarié, mais bien comme l’outil d’une meilleure performance de l’entreprise. Le bénéfice à retirer de ce temps de repos reste d’ailleurs valable pour des cas moins problématiques, tant il permet d’effacer un sentiment de fatigue pouvant intervenir au milieu d’une journée de travail et qui obère l’énergie du salarié. A long terme, ce remède naturel à la somnolence s’avère plus bénéfique pour les salariés qu’une surconsommation de caféine ou de stimulants.

Continuer la lecture

Conférence: « l’entreprise ouverte »

L’Institut Mines Télécom, Think Tank lancé un an plus tôt en partenariat avec diverses entreprises, organisait, le vendredi 15 juin, une conférence portant sur l’entreprise ouverte. Il y présentait les premiers résultats de ses travaux prospectifs s’agissant de la transformation numérique en cours et de ses impacts à 10 ans  sur la culture, les pratiques RH et managériales des entreprises. Ces travaux ont été réalisés en collaboration étroite avec de grandes entreprises partenaires souhaitant obtenir un retour de connaissance sur les mutations aujourd’hui en cours.

L’institut Mines Télécom ouvrait la conférence par un rappel de ses objectifs propres:

  • Mobiliser les expertises des chercheurs afin de faire évoluer les outils et concevoir des méthodes pédagogiques.
  • Travailler sur les leviers d’évolution et éclairer ainsi la stratégie des entreprises partenaires.

L’approche choisie consiste à faire émerger les questions et repérer les évolutions au moyen d’ateliers constitués d’experts de l’Institut et d’experts internes des entreprises partenaires, avec une grande diversité des métiers représentés (RH, R&D…). Cette démarche permet ainsi de dégager les contours de l’organisation de demain et les enjeux  de performance économique.

Tous s’accordent pour prédire que les développements futurs passent par la performance sociale et plus encore sociétale de l’entreprise. En effet, l’expérience démontre que les sources d’innovation proviennent généralement des usages de la société civile. L’innovation sociétale se trouve donc à la source de la performance de l’entreprise, notamment par l’apport de valeurs telles que celles du partage, de la solidarité, de l’intelligence collective, etc. Dès à présent, on remarque que les entreprises les plus innovantes recèlent une culture du partage, lié au net et au travail collaboratif. En conséquence, celles qui se fondent sur des valeurs différentes tendent à créer de nouvelles fonctions, telles que la direction de l’innovation, afin de compenser ce manque. Pour Sergio Barbarino (Procter & Gamble), à l’avenir, ce n’est pas la plus grande et la plus globale des entreprises qui sera nécessairement la plus innovante, mais bien celle qui sera la plus ouverte.

Continuer la lecture

Bienvenue sur le blog d’Aventive!

Première visite ? Cliquez ici.

LinkedIn

Twitter