Qualité de vie

ORGATEC 2016 : le bureau est mort, vive le bureau !

Orgatec, qui a pris fin le 29 octobre dernier, est le plus grand salon européen du mobilier de bureau et de l’environnement de travail, avec plus de 100 000 m2 de surface d’exposition de solutions innovantes pour les nouveaux espaces de travail.

Cette édition 2016, dont le fil conducteur était « Creativity works – repenser le travail », a accueilli plus de 56 000 visiteurs de 118 pays, soit plus de 10 % d’augmentation par rapport à 2014.

De l’aménagement à l’informatique et aux télécommunications en passant par l’éclairage, les sols, l’acoustique et les techniques de conférence, l’offre présentée à Cologne souhaitait répondre à toutes les nouvelles formes de collaboration, bien loin des bureaux traditionnels et des benchs exposés à perte de vue.

Point de révolution à proprement parler sur le salon, mais de grandes tendances qui se confirmaient par une généralisation chez tous les fabricants et des extensions de gammes.

Continuer la lecture

Bien au chaud dans ma bulle !

Les chercheurs du cabinet italien Carlo Ratti Associati ont développé un système de chauffage, de refroidissement et d’éclairage personnalisé qui suit les occupants d’un bâtiment lors de leurs déplacements. Dans un open space, cette « bulle » permettra à chaque collaborateur de conserver ses préférences environnementales. De plus, elle pourrait réduire la consommation d’énergie d’un bâtiment de 40 %. Ce système innovant sera bientôt appliqué sur une partie du nouveau siège de la Fondation Agnelli, une structure centenaire située au centre de la ville de Turin.

Une « bulle » thermique suit chaque collaborateur © Fondazione Agnelli

Un chauffage et un éclairage personnalisés, même en open space

Des capteurs intelligents IdO (Internet des Objets) surveillent un ensemble de données comme le taux d’occupation, la température, la concentration en CO2 et l’occupation des salles de réunion. Sur la base de ces informations, le système de gestion du bâtiment (BMS) répond dynamiquement en ajustant l’éclairage, le chauffage, la climatisation et la réservation des salles en temps réel. Une fois que les occupants du bâtiment ont fixé leur température préférée via une application smartphone, une bulle thermique les suit partout dans le bâtiment. Les unités de ventilo-convecteurs, situées dans les faux plafonds, sont activées par la présence humaine. Lorsqu’un occupant quitte un espace, celui-ci revient naturellement à un mode « veille » pour économiser de l’énergie. C’est un milieu de travail qui « apprend » et qui est synchronisé avec les besoins des utilisateurs, optimisant l’occupation de l’espace.

Un plan isotherme du bâtiment © Fondazione Agnelli

Réduire la consommation énergétique de 40 %

Le professeur Carlo Ratti, directeur du Senseable City Lab de l’Institut de Technologie du Massachusetts (MIT) et fondateur de Carlo Ratti Associati, affirme qu’en synchronisant la consommation d’énergie et l’occupation humaine dans les bâtiments, il est possible de créer une architecture plus durable et de réduire la consommation énergétique jusqu’à 40 %. Pour arriver à ce résultat, Carlo Ratti Associati a exploré différentes formes de contrôle climatique dans des projets expérimentaux primés, sur le réchauffement local (Biennale de Venise en 2014) et sur le « Cloud Cast » (Musée de Dubaï en 2015).

Continuer la lecture

Retour sur la rencontre ACTINEO New Topics

 

Sur fond de climat social tendu en grande partie lié à l’assouplissement du Code du Travail et la « Loi Travail El Khomri » qui devrait être adoptée à l’été 2016 (sauf retrait du Gouvernement), ACTINEO nous reçois à l’Archipèle [i] , ancien Siège de l’INPI mis à disposition de la Ville de Paris pour des activités sociales et solidaires mais également ouvert aux travailleurs nomades, pour traiter la question sensible du temps de travail dans l’entreprise «flexible ou inflexible ».

Alain d’Iribarne, Directeur de Recherche au CNRS et Président du Conseil scientifique d’Actineo, ouvre le débat en mettant en avant que la notion du temps de travail, même si elle est très encadrée en France du point de vue législatif, au travers des accords de branches ou encore les conventions collectives dans les entreprises, le sujet a donné lieu à peu d’approches comparatives avec d’autres pays du point de vue statistique ou encore scientifique certainement du fait des tensions ou enjeux sociaux-économiques que cette question induit. Néanmoins et indubitablement la question du temps de travail est étroitement liée à la notion d’espace qui paradoxalement a connu ces dernières années de fortes évolutions. En effet, les postes de travail classiques sont devenus aujourd’hui une composantes parmi d’autres de l’environnement de travail du salarié, qui dispose de lieux multiples au sein de l’entreprise voire à l’extérieur. Les entreprises modernes pour être performantes tendent à assouplir la contrainte spatiale pour faciliter les nouveaux modes de travail dont mobilité et autonomie sont les maîtres mots (télétravail, tiers lieux, …). Continuer la lecture

Aventive, sponsor des équipes AC1 & AC2 du Paris Jean Bouin Basket!

Pour la saison 2015/2016, Aventive sera le sponsor des équipes amateurs AC1 et AC2 du Paris Jean Bouin Basket! Cette saison l’équipe AC1, championne en titre, fait la course en tête en première division du tournoi régional, après avoir battu St Maur, puis le Vésinet (73-61). Le week-end dernier, c’était au tour de Cergy de s’incliner (77-65) devant une équipe AC1 PJB irrésistible, à l’issue d’un match particulièrement disputé.

Engagement, esprit d’équipe, sport amateur alliant compétition et convivialité.. sont autant de valeurs incarnées par les équipes du Paris Jean Bouin Basket dans lesquelles Aventive et ses collaborateurs se retrouvent. Etre le soutien d’un groupe d’hommes qui fait vivre sa passion en se mobilisant autour d’un objectif commun, quoi de plus motivant pour une entreprise qui place l’HUMAIN au cœur de sa démarche ?

Continuer la lecture

L’aménagement au service du développement durable

L’importance accordée au rendez-vous de la COP21 en cette fin d’année 2015 témoigne, s’il en est encore besoin, de l’importance prise par le développement durable dans les débats publics, au niveau local comme international, des États aux entreprises en passant par le monde associatif, du citoyen aux instances politiques. Associant des normes au volontarisme, cette thématique pénètre tous les secteurs et métiers et, par son impact environnemental et social, le lieu de travail fait logiquement l’objet d’une attention particulière pour mettre en œuvre des stratégies écologiques, pérennes et responsables. Associer toutes les compétences (facilities, RH, finances, technologies, communication…) pour mettre en œuvre une gouvernance adéquate constitue pour les organisations un défi dont la traduction la plus courante consiste à engager une transformation des lieux de travail et des usages qui y ont cours. Le rôle de l’aménageur est d’accompagner cette dynamique en proposant des solutions tant pour la création d’environnements de travail « green » et la mise en œuvre de leur maintenance, écologique et durable, que pour la valorisation des pratiques éco et socio-responsables.

Continuer la lecture

5ème baromètre ACTINEO/CSA

Lancé en 2005, ACTINEO a pour objectif d’inciter les dirigeants à se servir de l’espace de travail comme levier de performance mais aussi comme source de bien être pour leurs collaborateurs. Les trois missions d’ACTINEO: Observer, Décrypter, Communiquer.

Ainsi le 5 Novembre dernier, ACTINEO a présenté son 5ème baromètre ACTINEO/CSA sur la qualité de vie au bureau, réalisé online auprès de 1204 actifs travaillant dans un bureau, issus d’un échantillon national de 2500 personnes représentatives de la population active française.

A cette occasion, AVENTIVE a participé aux échanges et débats animés par Alain d’Iribarne, sociologue, Président du Conseil scientifique d’Actineo ; Jean-Gabriel Carlier, Directeur de l’immobilier et des services généraux de Renault; Nathanaël Mathieu, Président de LBMG Worklabs; Julie Gaillot, Directrice adjointe du Pôle société de l’institut CSA, et vous délivre ici les perspectives et enjeux de l’environnement de travail. Entre banalisation des open space, émergence des tiers lieux, développement de postes de travail partagés… Il en résulte que les espaces de travail au bureau et leurs emménagements ne sont plus de simples questions d’investissement immobiliers, mais des choix stratégiques dans un contexte d’évolution forte de la vie au bureau et des attentes des salariés.

Continuer la lecture

Améliorer la santé via l’environnement de travail

Aux Etats-Unis, les questions de santé publique sont devenues d’une actualité brulante, au regard des problèmes rencontrés par une vaste partie de la population. Naturellement, cet intérêt accru a dépassé le cadre des seules politiques publiques pour pénétrer dans la sphère des entreprises, lesquelles semblent avoir pris brutalement conscience des coûts générés par les problèmes de santé et de mal être de leurs salariés. Les fruits des recherches conduites outre-Atlantique pour traiter cette problématique commencent à être cueillis et on y relève d’ores et déjà un certain nombre de pistes qui ne manqueront pas d’interpeler les professionnels de l’aménagement, y compris sur le Vieux Continent.

Continuer la lecture

Qualité de l’air au bureau

Ce mercredi 18 mars, Paris a obtenu un triste privilège en étant, pendant quelques heures, la ville la plus polluée au monde [1]. L’activité humaine et les conditions météorologiques (vent faible et air chaud) expliquent ce pic de pollution et, si cette conjonction n’atteint heureusement pas des sommets de manière continue, ce record témoigne d’une situation pouvant variée du médiocre au critique. La pollution est un fléau sanitaire pour les individus, provoquant des problèmes respiratoires, des allergies, des maladies cardio-vasculaires et des cancers. Au sein de la population francilienne affectée, 6 millions d’actifs [2] sont concernés et par conséquent l’impact de la pollution ne peut être ignoré par les organisations qui les emploient.

Continuer la lecture

Travail sur écran: ce qu’il faut savoir

Plus de la moitié des actifs français utilisent un ordinateur sur leur lieu de travail [1]. Si on ajoute l’usage croissant des tablettes et des smartphones, l’activité devant un écran s’impose comme la nouvelle réalité du travail. La présence massive d’écrans dans la vie active conduit à se pencher sur les risques potentiels liés à ces usages et à réfléchir aux bonnes pratiques à mettre en œuvre pour réduire les risques pour la santé des personnels et respecter les contraintes réglementaires. Ces différents points font l’objet d’une étude détaillée réalisée par l’INRS, parue à l’été 2014, et interpellent directement les responsables des environnements de travail [2].

Le travail sur écran peut avoir un certain nombre d’impacts négatifs sur la santé, au premier chef desquels on relève la fatigue visuelle qui peut être provoquée ou accentuée, entre autres, par une qualité médiocre de l’affichage due à un écran mal réglé, déficient ou obsolète, un mauvais éclairement, des reflets et des éblouissements, ou une distance œil-écran mal évaluée. Les troubles musculo-squelettiques (TMS) se répandent également en lien avec le travail informatisé : douleurs au dos, aux épaules, au cou et aux poignets. On ne sera d’ailleurs pas surpris d’apprendre qu’ils sont régulièrement liés aux problèmes visuels, une même cause (mauvaise position au poste) produisant des effets négatifs multiples. Naturellement, le stress est un facteur aggravant des risques pour la santé posés par le travail sur écran. Enfin, on n’oubliera pas que le Code du Travail impose à l’employeur d’informer et former ses collaborateurs sur les modalités d’utilisation de l’écran et de l’équipement de travail dans lequel cet écran est intégré [3].

Continuer la lecture

L’open-space, trop vite diabolisé

Dans le cadre des débats sur les espaces ouverts, illustrés par de nombreuses publications très critiques dans la presse française, nous pensons, chez Aventive, que la question des espaces ouverts souffre d’a priori, parfois fondés, parfois injustifiés, mais qui rendent toujours difficile l’étude objective des faits. Dans une démarche de R&D, nous souhaitons apporter des éléments à ce débat central, par exemple en cherchant au-delà de nos frontières les réflexions menées sur le phénomène de l’open space.  Nous vous proposons donc aujourd’hui une traduction d’un article paru Outre-Manche, où cette problématique agite les esprits autant qu’en France. Son auteur, Nigel Oseland, passé par quelques-uns des plus grands cabinets de conseil immobilier britanniques, est un expert reconnu des environnements de travail, change manager, spécialiste des problématiques environnementales et auteur de plusieurs ouvrages sur les lieux de travail.

Son style, typiquement anglo-saxon et  donc particulièrement direct et informel, pourra surprendre mais a le mérite de ne pas se perdre en circonvolutions. Si certains lecteurs feront à l’auteur le procès d’un parti-pris dont il se défend, cette tribune a le mérite de mettre en garde contre les lectures hâtives des études sur le sujet et de pointer la différence essentielle qui doit être faite entre l’environnement de travail ouvert en lui-même et son utilisation.

Vous pouvez retrouver l’article dans sa version originale sur le site Workplace Insight.

Continuer la lecture

Bienvenue sur le blog d’Aventive!

Première visite ? Cliquez ici.

LinkedIn

Twitter