Management

Projet I SPACE d’IPSOS : participatif, transversal, vertueux

Fin 2016, les collaborateurs d’Ipsos, société leader mondial des études de marketing, et d’opinion, ont emménagé dans leurs nouveaux bureaux : sans changer d’immeuble, ils ont cocréé de nouveaux espaces plus proches des valeurs de l’entreprise, plus en phase avec les attentes des utilisateurs et plus lisibles. Plus qu’un projet financier, de services généraux ou d’aménagement, c’est un projet d’entreprise, un travail sur l’expérience client et sur l’expression de la marque qui a été mené, accompagné par Aventive.

Nous avons demandé aux trois copilotes du projet de nous raconter leurs parcours et de nous donner leurs points de vue, sur chacun des aspects de ce projet.  

Continuer la lecture

Droit à la déconnexion

Depuis le 1er janvier 2017, un nouvel article a été ajouté dans le code du travail, demandant aux entreprises françaises de plus de 50 salariés de négocier des règles de déconnexion en dehors des heures de travail. L’objectif de la législation est donc d’éviter que les salariés soient obligés d’être joignables et de leur donner la possibilité de se couper de leur messagerie électronique professionnelle hors des horaires de travail.

Continuer la lecture

Gérer la diversité religieuse au bureau : un chemin de croix ?

Le fait religieux est devenu sensible au sein de la société ces dernières années.Et l’entreprise n’est, ni plus ni moins, que son miroir.

Avec les sociétés qui s’internationalisent, femmes et hommes sont amenés à se déplacer avec leur héritage culturel et leurs bagages spirituels et l’employeur doit désormais gérer des équipes multiconfessionnelles. Mais doit-il prendre en compte la religion des salariés dans le fonctionnement de l’entreprise ?

 

Comment les dirigeants peuvent-ils gérer cette diversité face à une législation qui a toujours un cran de retard sur son temps ? Voile, jours fériés, nourriture confessionnelle, espaces de prière, comment les chefs d’entreprise et les DRH peuvent-ils concilier lien de subordination et liberté d’expression du salarié ?

 

Continuer la lecture

Quelles compétences pour le travail en 2020 ?

 

La quatrième révolution industrielle, qui comprend le développement de domaines tels que l’intelligence artificielle et l’apprentissage automatique, la robotique, la nanotechnologie, l’impression 3D, la génétique et la biotechnologie, causera une perturbation généralisée des modèles économiques et du marché du travail dans les cinq prochaines années.

 

C’est la conclusion d’un rapport intitulé « The Future of Jobs », édité par le World Economic Forum (WEF) à l’occasion du sommet de Davos en janvier 2016. Face à ces mutations, quelles seront les compétences requises en 2020 ?

 

Continuer la lecture

Retour sur la rencontre ACTINEO New Topics

 

Sur fond de climat social tendu en grande partie lié à l’assouplissement du Code du Travail et la « Loi Travail El Khomri » qui devrait être adoptée à l’été 2016 (sauf retrait du Gouvernement), ACTINEO nous reçois à l’Archipèle [i] , ancien Siège de l’INPI mis à disposition de la Ville de Paris pour des activités sociales et solidaires mais également ouvert aux travailleurs nomades, pour traiter la question sensible du temps de travail dans l’entreprise «flexible ou inflexible ».

Alain d’Iribarne, Directeur de Recherche au CNRS et Président du Conseil scientifique d’Actineo, ouvre le débat en mettant en avant que la notion du temps de travail, même si elle est très encadrée en France du point de vue législatif, au travers des accords de branches ou encore les conventions collectives dans les entreprises, le sujet a donné lieu à peu d’approches comparatives avec d’autres pays du point de vue statistique ou encore scientifique certainement du fait des tensions ou enjeux sociaux-économiques que cette question induit. Néanmoins et indubitablement la question du temps de travail est étroitement liée à la notion d’espace qui paradoxalement a connu ces dernières années de fortes évolutions. En effet, les postes de travail classiques sont devenus aujourd’hui une composantes parmi d’autres de l’environnement de travail du salarié, qui dispose de lieux multiples au sein de l’entreprise voire à l’extérieur. Les entreprises modernes pour être performantes tendent à assouplir la contrainte spatiale pour faciliter les nouveaux modes de travail dont mobilité et autonomie sont les maîtres mots (télétravail, tiers lieux, …). Continuer la lecture

Communautés sur le lieu de travail, nouveau levier de performance

Les logiques d’aménagement répondent à la conjonction des stratégies de management, des technologies disponibles, du bâtiment et, bien évidemment, de la ressource humaine. De ces quatre facteurs, la technique et la structure ont connu des avancées conséquentes au cours des dernières années, les nouvelles technologies induisant par ailleurs une mutation profonde des économies modernes. De la production de produits – matières premières ou transformées – nous sommes entrés dans une ère où la valeur réside essentiellement dans la production intellectuelle, ce qu’on a baptisé « économie de la connaissance ». La demande est si forte qu’elle crée un nouveau paradigme où, d’une poignée de sachants, c’est aujourd’hui l’ensemble de ressources humaines des organisations qui est sollicité pour créer de la valeur ! Nécessairement, cette nouvelle compréhension de la ressource humaine comme source première de performance conduit à rechercher de nouvelles méthodes de management susceptibles de lui permettre d’exprimer son plein potentiel.

Ian Gee et Matthew Hanwell, spécialistes en organisation et RH, auteurs du guide « The Workplace Community », proposent une solution susceptible de répondre à cette exigence de sollicitation de l’intelligence collective. Parce que ces évolutions impacteront nécessairement sur les stratégies immobilières dont, nous, professionnels, avons la responsabilité, nous souhaitons vous en proposer une traduction ci-dessous.

Vous pouvez retrouver l’article dans sa version originale sur le site Personnel Today.

Continuer la lecture

Espaces de travail : encadrer ou innover ?

Le développement des modes de travail est pris – aujourd’hui plus que jamais ? – entre deux forces potentiellement contradictoires. Schématiquement, l’une vise à favoriser les best practices et tend donc, entre autres, à une structuration croissante des process, à favoriser le reporting et à multiplier les occasions de communication top > down pour que l’ensemble des personnels soient au fait des pratiques performantes. Cette stratégie trouve un écho, par exemple dans les processus de certification qualité ou dans le principe de précaution. Elle tente d’anticiper et prévenir le risque en s’appuyant fortement sur ce qui a fait la démonstration de son efficacité. Cela n’empêche cependant pas de garder un œil ouvert sur ce qui serait susceptible d’améliorer ses process, mais la priorité à l’innovation est moindre. L’autre force s’incarne dans la volonté de favoriser l’innovation en abattant les barrières susceptibles d’entraver ce qui a été baptisée « intelligence collective » et tend donc à faciliter la diffusion de toujours plus d’informations pour y trouver des sources d’inspiration, à favoriser la communication transversale et le brainstorming en équipe. Tout l’enjeu des organisations est de trouver l’équilibre efficient entre ces deux impératifs, le fait de favoriser l’un ou l’autre à l’extrême menant inévitablement à l’échec soit par un excès de rigidité nuisible à l’innovation, soit par une incapacité à mettre en ordre (et en marché…) le produit des créations individuelles et collectives.

Continuer la lecture

Nouveaux modes de management, nouveaux espaces: l’holacratie

Après diverses approches tant de l’aménagement des espaces de travail que des organisations elles-mêmes, l’individu semble être enfin compris comme un facteur de performance : une meilleure santé des hommes pour une meilleure santé des entreprises. Parallèlement, l’environnement de travail, les conditions dans lesquelles les utilisateurs évoluent sont remises en question pour mieux s’adapter à l’ère du numérique. Bien évidemment, les aménageurs sont concernés au premier chef par le développement de ces nouvelles méthodes, nouveaux espaces, voire nouveaux produits, tout en y intégrant le plus possible les nouvelles technologies.

Les entreprises veulent ainsi plus d’ouverture, de communication, de transparence, de travail en équipe et étudient comment faire évoluer l’environnement pour que celui-ci le permette. Être accompagné dans un projet de réaménagement devient essentiel, intégrant l’approche dans l’espace mais aussi la réflexion des ressources humaines : de nouvelles règles de vie associées, le change management… jusqu’à de nouvelles méthodes d’organisation, dans la structure même de l’entreprise.

Continuer la lecture

Bienvenue sur le blog d’Aventive!

Première visite ? Cliquez ici.

LinkedIn

Twitter