Eclairage

Bien au chaud dans ma bulle !

Les chercheurs du cabinet italien Carlo Ratti Associati ont développé un système de chauffage, de refroidissement et d’éclairage personnalisé qui suit les occupants d’un bâtiment lors de leurs déplacements. Dans un open space, cette « bulle » permettra à chaque collaborateur de conserver ses préférences environnementales. De plus, elle pourrait réduire la consommation d’énergie d’un bâtiment de 40 %. Ce système innovant sera bientôt appliqué sur une partie du nouveau siège de la Fondation Agnelli, une structure centenaire située au centre de la ville de Turin.

Une « bulle » thermique suit chaque collaborateur © Fondazione Agnelli

Un chauffage et un éclairage personnalisés, même en open space

Des capteurs intelligents IdO (Internet des Objets) surveillent un ensemble de données comme le taux d’occupation, la température, la concentration en CO2 et l’occupation des salles de réunion. Sur la base de ces informations, le système de gestion du bâtiment (BMS) répond dynamiquement en ajustant l’éclairage, le chauffage, la climatisation et la réservation des salles en temps réel. Une fois que les occupants du bâtiment ont fixé leur température préférée via une application smartphone, une bulle thermique les suit partout dans le bâtiment. Les unités de ventilo-convecteurs, situées dans les faux plafonds, sont activées par la présence humaine. Lorsqu’un occupant quitte un espace, celui-ci revient naturellement à un mode « veille » pour économiser de l’énergie. C’est un milieu de travail qui « apprend » et qui est synchronisé avec les besoins des utilisateurs, optimisant l’occupation de l’espace.

Un plan isotherme du bâtiment © Fondazione Agnelli

Réduire la consommation énergétique de 40 %

Le professeur Carlo Ratti, directeur du Senseable City Lab de l’Institut de Technologie du Massachusetts (MIT) et fondateur de Carlo Ratti Associati, affirme qu’en synchronisant la consommation d’énergie et l’occupation humaine dans les bâtiments, il est possible de créer une architecture plus durable et de réduire la consommation énergétique jusqu’à 40 %. Pour arriver à ce résultat, Carlo Ratti Associati a exploré différentes formes de contrôle climatique dans des projets expérimentaux primés, sur le réchauffement local (Biennale de Venise en 2014) et sur le « Cloud Cast » (Musée de Dubaï en 2015).

Continuer la lecture

L’aménagement au service du développement durable

L’importance accordée au rendez-vous de la COP21 en cette fin d’année 2015 témoigne, s’il en est encore besoin, de l’importance prise par le développement durable dans les débats publics, au niveau local comme international, des États aux entreprises en passant par le monde associatif, du citoyen aux instances politiques. Associant des normes au volontarisme, cette thématique pénètre tous les secteurs et métiers et, par son impact environnemental et social, le lieu de travail fait logiquement l’objet d’une attention particulière pour mettre en œuvre des stratégies écologiques, pérennes et responsables. Associer toutes les compétences (facilities, RH, finances, technologies, communication…) pour mettre en œuvre une gouvernance adéquate constitue pour les organisations un défi dont la traduction la plus courante consiste à engager une transformation des lieux de travail et des usages qui y ont cours. Le rôle de l’aménageur est d’accompagner cette dynamique en proposant des solutions tant pour la création d’environnements de travail « green » et la mise en œuvre de leur maintenance, écologique et durable, que pour la valorisation des pratiques éco et socio-responsables.

Continuer la lecture

Retour sur les Workplace Meetings 2015

Une nouvelle fois, les Workplace Meetings de Cannes ont permis pendant deux jours des échanges intenses et fructueux entre les acteurs de l’immobilier et de l’aménagement.

« Les Workplace Meetings permettent de rencontrer un maximum de contacts en 48h et le temps des réunions de 20 minutes participe à la réussite de cet événement. On peut passer d’un fournisseur à un autre avec un gain de temps record.  Aussi, nous allons directement vers le sujet qui nous intéresse en accrochant notre interlocuteur et réciproquement » _ Top Décideur Crédit Agricole Alpes Provence

Aventive vous propose de revenir sur quelques grandes nouveautés marquantes de l’année 2015 exposées à cette occasion.

Continuer la lecture

Travail sur écran: ce qu’il faut savoir

Plus de la moitié des actifs français utilisent un ordinateur sur leur lieu de travail [1]. Si on ajoute l’usage croissant des tablettes et des smartphones, l’activité devant un écran s’impose comme la nouvelle réalité du travail. La présence massive d’écrans dans la vie active conduit à se pencher sur les risques potentiels liés à ces usages et à réfléchir aux bonnes pratiques à mettre en œuvre pour réduire les risques pour la santé des personnels et respecter les contraintes réglementaires. Ces différents points font l’objet d’une étude détaillée réalisée par l’INRS, parue à l’été 2014, et interpellent directement les responsables des environnements de travail [2].

Le travail sur écran peut avoir un certain nombre d’impacts négatifs sur la santé, au premier chef desquels on relève la fatigue visuelle qui peut être provoquée ou accentuée, entre autres, par une qualité médiocre de l’affichage due à un écran mal réglé, déficient ou obsolète, un mauvais éclairement, des reflets et des éblouissements, ou une distance œil-écran mal évaluée. Les troubles musculo-squelettiques (TMS) se répandent également en lien avec le travail informatisé : douleurs au dos, aux épaules, au cou et aux poignets. On ne sera d’ailleurs pas surpris d’apprendre qu’ils sont régulièrement liés aux problèmes visuels, une même cause (mauvaise position au poste) produisant des effets négatifs multiples. Naturellement, le stress est un facteur aggravant des risques pour la santé posés par le travail sur écran. Enfin, on n’oubliera pas que le Code du Travail impose à l’employeur d’informer et former ses collaborateurs sur les modalités d’utilisation de l’écran et de l’équipement de travail dans lequel cet écran est intégré [3].

Continuer la lecture

Economisez durable avec la Future Power Lampe !

« Au travers des projets immobiliers qui lui sont confiés, Aventive s’engage résolument dans la recherche et la mise en œuvre de produits favorisant ces deux thématiques étroitement liées que sont le confort de travail des salariés et la réussite de l’entreprise. Très attachée à construire une qualité de vie au travail optimale qui s’inscrit dans les objectifs de performance immobilière de l’entreprise et des règlementations, Aventive noue des partenariats avec des entreprises proposant des solutions résolument innovantes, comme CIC Solar dont la Future Power Lampe répond à une demande croissante de maîtrise des coûts énergétiques. A une échelle élargie, nous proposons à nos clients un diagnostic global de la performance économique et écologique de leurs environnements de travail, donnant lieu à un plan d’actions, au pilotage de sa mise en œuvre et au suivi des indicateurs. Pour en savoir plus sur cette prestation, contactez-nous ! » _ Isabel Trigon – Directrice Associée Aventive

————— 

Récemment, la Commission de Régulation de l’Energie a publié une étude sur les coûts de production et de commercialisation d’EDF dans le cadre des tarifs réglementés de vente d’électricité. Elle y observe un écart de 1,47 Md€ entre les coûts supportés par l’entreprise publique, acteur toujours ultra-dominant du marché français, et les tarifs réglementés fixés en 2012. Les particuliers, mais également les entreprises, doivent donc s’attendre à des hausses conséquentes dans les prochaines années afin de combler cet écart. S’ajoute à cette actualité brûlante, un faisceau d’intérêts convergents – économiques, écologiques, sociétaux, sanitaires – qui doit inciter les entreprises à s’intéresser toujours plus aux solutions innovantes en matière de consommation énergétique. Continuer la lecture

Eclairage: innover avec la lumière naturelle

Depuis maintenant plusieurs années, les ampoules à basse consommation se sont imposées sur le marché des entreprises comme des particuliers, de même que les LED, à faible consommation et longue durée de vie, font maintenant partie intégrante du marché de l’éclairage. De nombreux organismes, publics et privés (projets Eco-iighting et Greenlight à l’échelle européenne, Eco-Eclairage et ADEME en France, entre autres…) sont engagés dans des programmes visant à réduire les consommations d’énergie et le réchauffement climatique lié à la profusion, toujours croissante, des éclairages. Il s’agit aussi bien de soutenir des initiatives écologiques, de faire preuve de pédagogie auprès des consommateurs, que d’encourager l’innovation.

Continuer la lecture

Bienvenue sur le blog d’Aventive!

Première visite ? Cliquez ici.

LinkedIn

Twitter