Retour sur la rencontre ACTINEO New Topics

banque-d-images-gratuites-libres-de-droits-commercial-et-privé16

 

Sur fond de climat social tendu en grande partie lié à l’assouplissement du Code du Travail et la « Loi Travail El Khomri » qui devrait être adoptée à l’été 2016 (sauf retrait du Gouvernement), ACTINEO nous reçois à l’Archipèle [i] , ancien Siège de l’INPI mis à disposition de la Ville de Paris pour des activités sociales et solidaires mais également ouvert aux travailleurs nomades, pour traiter la question sensible du temps de travail dans l’entreprise «flexible ou inflexible ».

Alain d’Iribarne, Directeur de Recherche au CNRS et Président du Conseil scientifique d’Actineo, ouvre le débat en mettant en avant que la notion du temps de travail, même si elle est très encadrée en France du point de vue législatif, au travers des accords de branches ou encore les conventions collectives dans les entreprises, le sujet a donné lieu à peu d’approches comparatives avec d’autres pays du point de vue statistique ou encore scientifique certainement du fait des tensions ou enjeux sociaux-économiques que cette question induit. Néanmoins et indubitablement la question du temps de travail est étroitement liée à la notion d’espace qui paradoxalement a connu ces dernières années de fortes évolutions. En effet, les postes de travail classiques sont devenus aujourd’hui une composantes parmi d’autres de l’environnement de travail du salarié, qui dispose de lieux multiples au sein de l’entreprise voire à l’extérieur. Les entreprises modernes pour être performantes tendent à assouplir la contrainte spatiale pour faciliter les nouveaux modes de travail dont mobilité et autonomie sont les maîtres mots (télétravail, tiers lieux, …).

 

Yves Picot, Directeur des Environnements de Travail, explique que le nouveau siège social de Coca-Cola a été aligné avec les enjeux RH de l’entreprise et le programme immobilier a intégré pleinement les notions de flexibilité et de liberté pour les collaborateurs. Ces nouveaux lieux ont été imaginés et réalisés pour favoriser les échanges informels, l’ouverture, la liberté de travailler autrement, tout cela soutenu par des équipements mobiliers et technologiques adaptés.

Chez ATOS, SSII mondiale de plus de 100 000 collaborateurs dans le monde, l’espace flexible est une des composantes de la transformation initiée lors de l’installation sur Bezon de 4500 collaborateurs en 2010. L’immobilier rendu agile par le « desk sharing » [ii] offre néanmoins de meilleures conditions de travail aux salariés. Chez ATOS le réseau social de l’entreprise contribue à faire interagir un grand nombre de collectifs de travail qui se matérialisent dans l’espace physique à l’occasion de réunions sur le site. Cette organisation du travail a exigé un accompagnement des collaborateurs et particulièrement du Management de proximité qu’il a fallu aider à devenir «animateurs de communautés ». Au même titre que les prestations proposées par la conciergerie, les espaces de bureaux sont devenus un service à l’occupant.

La journée de travail n’est plus limitée à l’espace-temps dans l’entreprise, explique Jean-François Perillat, Real Estate Procurement Manager, de même que le collaborateur évolue aujourd’hui dans des collectifs de travail ouverts sur l’extérieur (clients, partenaires, écoles…) avec lesquels il interagit librement en toute autonomie pour atteindre ses objectifs ou réaliser ses projets. « Dans nos entreprises modernes, « ouvertes », sociales et collaboratives, au terrain de jeu international, organisées en réseaux, l’échelle de temps dépasse fatalement l’espace physique. Les interactions se faisant de manières non seulement physiques mais virtuelles ».

Pour éviter tous risques psychosociaux, les équipes RH d’ATOS ont mis en place un outil d’auto-déclaration du temps de travail par le collaborateur auprès de son Management « même si c’est le résultat et la création de valeur qui est important, chez ATOS, et pas forcément le temps que l’on y consacre » précise Jean-François Perillat.

Ce qui pose d’ailleurs la question de la relation au temps dans l’entreprise. Chez l’industriel Coca Cola ou le conseil ATOS la relation au temps de travail n’a pas forcément le même socle de résonance. Chez le premier il est lié à la notion de production et de processus, quand chez le second il est plus en lien avec la notion de résultat ou d’objectifs.

Alain d’Iribarne, fait le parallèle avec le modèle des métiers artistiques ou, de la création de valeur attendue vont être définis les ressources temps et espaces nécessaires. Ainsi, entre l’imbrication des temps de vie personnels et professionnels et des lieux et espaces de travail qui se démultiplient, les salariés, de plus en plus libres, évoluent du work-life balance vers un work-life Harmony dont l’une des notions essentielle est la confiance (ce qui induit inévitablement un mode de management bienveillant).

Et de conclure sur la difficulté demain pour nos entreprises de libérer les salariés des carcans actuels temps ou espaces, à l’exemple de la sécurité sociale Belge dont la productivité s’est améliorée significativement du fait d’un meilleur équilibre pour les salariés entre vie pro et vie privé favorisé par plus de flexibilité dans le temps de travail.

 


[i] Archipel Paris, lieu d’innovation collective – Ancien couvent du 19ème siècle, devenu 50 ans plus tard l’Hôtel Canadien et Colonial, et à partir de 1945 l’Institut National de la Propriété Industrielle (INPI), mis à la disposition de l’association Aurore par la ville de Paris en 2012 il est devenu un Centre d’Hébergement d’Urgence. Au-delà de la lutte contre l’exclusion, les actions au sein d’Archipel ont vocation à favoriser les liens sociaux notamment autour d’activités partagées et démarches contributives, qu’elles soient culturelles, éducatives ou économiques.

[ii] Le desk-sharing est le principe d’introduire le partage de bureau dans l’entreprise au regard du taux d’occupation des postes de travail. Introduit en France par le cabinet Américain Accenture dans les années 2000.

[iii]  ACTINEO est l’Observatoire de la qualité de vie au bureau lancé en 2005, dont l’objectif est d’inciter les dirigeants à se servir de l’espace de travail comme levier de performance mais aussi comme source de bien être pour leurs collaborateurs.
Sa mission s’articule autour de 3 actions :
• Observer et donner ainsi tous les éclairages possibles sur le sujet de la qualité de vie au bureau
• Décrypter les bonnes pratiques des entreprises et partager les retours d’expériences de façon explicite et concrète
• Communiquer via une plateforme de partage toutes les informations qui traitent de la qualité de vie au travail
Actinéo publie le baromètre ACTINEO (TNS/Sofrès 2015 [iii] ) et propose sur son site à ce jour 200 études scientifiques téléchargeables. http://www.actineo.fr/

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Merci de résoudre l\'équation pour soumettre votre commentaire: *

Bienvenue sur le blog d’Aventive!

Première visite ? Cliquez ici.

LinkedIn

Twitter