La vidéo, nouveau standard de la communication en entreprise

On en parle depuis plusieurs années mais aujourd’hui le travail collaboratif à distance est visiblement entré dans les mœurs, depuis la désormais traditionnelle et courante « conference call »  jusqu’à la téléprésence, en passant par les discussions multiutilisateurs sur des messageries instantanées professionnelles.. Selon l’International Data Corporation (IDC), société spécialisée dans l’analyse des données et informations relatives aux NTIC, le marché mondial de la vidéoconférence et de la téléprésence a généré un peu plus d’un demi-milliard de dollars de revenus au 2nd trimestre 2012 [1]. Ce chiffre conséquent marque cependant un léger coup d’arrêt au regard de la fin d’année précédente, mais qui tient d’avantage à une économie mondiale mal en point qu’à une remise en cause de l’intérêt des entreprises pour ce type de solutions.

Est-il encore nécessaire de démontrer la différence de coûts entre un déplacement physique et un échange par mail ou téléphone? C’est d’autant plus vrai dans l’économie actuelle où clients, partenaires et prestataires peuvent se trouver à des distances importantes quand ce n’est pas littéralement dans un autre pays ou continent! A chaque déplacement correspondent des dépenses aussi bien directes (frais de déplacement, comprenant parfois des à côtés comme la restauration ou l’hébergement) qu’indirectes, liées à la fatigue ou au stress du déplacement ou l’absence de la personne de son lieu de travail et ce, en dépit de l’apport des technologies mobiles. On n’oubliera pas non plus de penser aux coûts écologiques, les solutions de déplacement propre n’étant malheureusement pas encore légion. Pour autant, si les communications à distance permettent de réduire drastiquement ces coûts, elles ne sauraient se substituer aux échanges plus directs. Depuis 1967 et les expériences du Pr. Mehrabian, on estime en effet qu’une large part de la communication humaine est non-verbale. L’échange est d’autant plus qualitatif que les intervenants sont les réceptacles inconscients d’une multitude de signes traduisant la confiance, le doute, la motivation, l’interrogation ou l’appréciation de leurs interlocuteurs. Les solutions de visioconférence proposent donc de pallier aux inconvénients de la relation exclusivement écrite ou verbale induite par les outils de communication actuels. Elles font de la vidéo le futur standard de la communication en entreprise.

Dans un article paru en juin dernier, le Directeur Général d’Avaya France souligne les avantages de la vidéo comme support de communication en entreprise [2]. Le développement des terminaux mobiles capables de réaliser des vidéos de qualité (cf. l’iPad) laisse augurer d’une adaptation rapide des outils professionnels à la vidéo-collaboration. Reste à disposer des canaux suffisants et, surtout, de proposer aux utilisateurs une expérience au moins aussi efficace que peut l’être l’utilisation, par exemple d’un smartphone pour téléphoner ou utiliser sa messagerie. Cisco, leader du marché de la visioconférence, Polycom, Logitech et les autres acteurs de la vidéoconférence travaillent d’arrachepied à la mise au point de solutions permettant d’implanter facilement l’utilisation de la vidéo dans les terminaux actuellement utilisés en entreprises [3]. Analyste chez IDC, Petr Jirovsky commente : « La vidéo, comme élément clé de la collaboration, continue de se placer en tête de la liste des priorités dans de nombreuses organisations. » Certains vont encore plus loin en prenant le terme de « téléprésence » au pied de la lettre, en proposant de s’incarner à distance dans un robot capable de se déplacer dans les bureaux. Si la vidéo, en remettant ses utilisateurs en contact visuel direct, permet certainement une ré-humanisation des échanges, le remplacement du collaborateur par un robot guidé à distance devrait faire naître tôt ou tard quelques réflexions philosophiques. Nous n’en sommes cependant pas encore là.

Mais si la question du robot au bureau se posera sans doute à l’avenir, les implications du développement de la vidéo dans le contexte professionnel peuvent – doivent? – être pensées dès aujourd’hui. Toute évolution des modes de travail s’accompagne fort logiquement de modifications sur l’environnement des collaborateurs. En grande partie, la vidéo intègrera la communication unifiée sans générer l’ajout de nouveaux matériels, la mise à niveau intervenant via la modernisation naturelle des parcs informatique et téléphonique. Cependant, on peut d’ores et déjà anticiper que ces modes de collaboration sous tendent  le travail à distance, voire le télétravail et que ceci aura un impact sur les besoin en m² des entreprises, tant s’agissant de postes de travail nécessaires en moins grand nombre que d’espaces de réunion moins vastes ou plus facilement reconfigurables en espaces multiples et/ou destinés à d’autres usages. En clair, les larges auditoriums monolithiques ont probablement vécu dès lors que chacun peut assister et intervenir à une conférence depuis son lieu de travail. Clairement, une nouvelle étape dans l’évolution, constantes ces dernières années, des modes de travail est en train d’être franchie et, comme toujours, le maître-mot sera : anticiper.

Une réponse à La vidéo, nouveau standard de la communication en entreprise

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Merci de résoudre l\'équation pour soumettre votre commentaire: *

Bienvenue sur le blog d’Aventive!

Première visite ? Cliquez ici.

LinkedIn

Twitter