Immeubles de bureaux: pour quoi faire ?

Défense-parvis-pano2

Créer des environnements de travail, c’est anticiper les transformations profondes des modes de travail qu’induisent la révolution numérique, la prise de conscience environnementale et les dynamiques sociales et économiques. La conception d’aménagement durablement performant nécessite un effort de projection dans ce que sera le travail ces prochaines années. Résolument inscrit dans cette démarche, Aventive vous propose, à compter de cet été, une série d’articles prospectifs portant sur les bâtiments, les pratiques, l’environnement et la santé sur les lieux de travail. En préambule, nous souhaitons poser la question de l’utilité de l’immeuble de bureaux.

Les modes de travail, les processus, la culture, les métiers, propres à chaque organisation, se traduisent par un ordonnancement particulier du lieu de travail. Leurs évolutions ont nécessairement généré un besoin répété d’inventer de nouveaux modèles d’aménagement des espaces et, ainsi, de la fabrique aux tiers lieux en passant par le Bürolandschaft et les espaces partagés, le lieu de travail a continuellement cherché à s’adapter aux transformations des organisations. Cependant, un défi inédit est aujourd’hui lancé par l’explosion des outils de travail à distance, laquelle pose froidement la question de la pertinence du lieu de travail traditionnel : à quoi servent encore les immeubles de bureaux?

Travail à distance et travail collaboratif

Le « home working » s’impose comme une tendance forte des modes de travail et inquiète de moins en moins les salariés comme les employeurs. Flexibilité, qualité de vie, fonctionnement par objectifs, participent de l’attrait pour cette nouvelle façon de travailler. Plus généralement, les outils de travail à distance imposent un mouvement de fond avec la généralisation du travail réalisé hors des murs à l’origine dédiés à l’activité professionnelle. Le salarié est ainsi appelé à personnaliser l’organisation de son travail, charge à lui de définir son équilibre propre entre vies privée et professionnelle. Parallèlement, les organisations s’appuient de plus en plus sur la transversalité pour produire des résultats : un éventail de capacités et de connaissances sont mobilisés sur un même projet. L’enchaînement d’expertises isolées n’offre plus la garantie d’un service ou produit optimal id est prenant en compte toutes ses dimensions (R&D, conception, production, vente, marketing, impact environnemental, etc.). Cette évolution est facilitée par le développement des outils de travail à distance collaboratifs (clouding, visiophonie…). La conjonction de ces deux facteurs induit le développement d’une organisation du travail matricielle, souple, intermittente, fédératrice, les compétences étant mobilisées le temps d’un projet avant d’être redistribuées sur d’autres thématiques.

Environnements de travail… mais pas seulement.

Même si le bureau demeure, pour le moment, le lieu de travail privilégié, s’extirper de ce cadre unidimensionnel est d’ores et déjà devenu une priorité. L’environnement de travail doit désormais répondre à des demandes extrêmement diverses de la part de ses utilisateurs, au premier chef desquelles la possibilité de se rencontrer, de dialoguer, de se challenger, dans des cadres formels ou informels. Les espaces doivent être multitâches, facilement reconfigurables, lourdement équipés en technologies : on vient se rencontrer le temps d’un brainstorming, d’un déjeuner, d’une présentation… L’environnement doit être, selon le besoin, stimulant ou apaisant, ouvert ou confidentiel, et de plus en plus ludique ! Pris par un emploi du temps flexible voire volatile, l’utilisateur entend disposer de services pour faciliter sa vie, tant professionnelle en disposant d’un fournisseur de produits et solutions technologiques immédiatement mobilisables, que personnelle par la mise à disposition de services de conciergerie, pressing, tour operator, etc. Il s’agit également pour l’espace de remplir un devoir de représentation de l’image, de l’identité, de la marque de l’organisation tant vers ses collaborateurs que vers ses clients et partenaires : la croissance du nomadisme, l’évolution des organisations vers des entreprises ouvertes, l’attractivité du télétravail pour les nouvelles générations… obligent à penser l’immeuble comme le facteur-clé de ré-enracinement des collaborateurs dans la culture de l’employeur.

Concurrencé en tant que lieu unique du travail, l’immeuble de bureaux doit rapidement se réinventer pour devenir un ensemble interactif, dynamique, hyper-technologique, facilitateur et intégrateur, sous peine de ne plus répondre aux besoins des organisations et d’inhiber la performance de leurs collaborateurs.

 

Notre prochain article portera sur la capacité du parc immobilier actuel à répondre à ces nouveaux besoins.

Une réponse à Immeubles de bureaux: pour quoi faire ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Merci de résoudre l\'équation pour soumettre votre commentaire: *

Bienvenue sur le blog d’Aventive!

Première visite ? Cliquez ici.

LinkedIn

Twitter