L’entreprise solidaire

Si on se réfère aux chiffres publiés par l’INSEE, 1.8 millions de personnes, âgées de 15 à 64 ans, ont une reconnaissance administrative de leur handicap, leur permettant de bénéficier de la loi sur l’obligation d’emploi des travailleurs handicapés (OETH). Cette législation impose aux entreprises de plus de 20 salariés d’employer des travailleurs handicapés à hauteur de 6% de leurs effectifs. En France, en 2009, 65% des entreprises assujetties à cette obligation la respectaient. Si on ajoute à cette population bénéficiaire d’une reconnaissance administrative, les personnes déclarant un problème de santé de plus de 6 mois et des difficultés importantes de déplacement, dans les activités quotidiennes, vis-à-vis du travail ou ayant eu un ou plusieurs accidents du travail au cours de la dernière année, la population handicapée au sens large représente 9.6 millions de personnes, soit le quart de la population française de cette tranche d’âge (15-64 ans)! En conséquence, on peut affirmer que le problème du handicap, à des degrés divers, concerne nécessairement la grande majorité des employeurs, publics ou privés. On ne saurait donc parler de qualité de vie au travail sans garder à l’esprit que, potentiellement, 25% de ses collaborateurs peuvent être fortement affectés par un environnement de travail peu accessible, disposant d’une signalétique déficiente ou de postes de travail mal implantés.

L’environnement de travail en soutien d’une vision sociale de l’entreprise

Il faut d’ailleurs bien garder à l’esprit que le handicap est pluriel et ne se limite pas, par exemple, aux personnes se déplaçant en fauteuil roulant. Le handicap peut ainsi être visuel, auditif ou cognitif. Il est certain que, sur ces sujets, l’environnement de travail peut offrir de nombreuses réponses au moyen de la signalétique, de la colorimétrie, de l’éclairage, des circulations, de l’accueil, des équipements bureautiques, des postes de travail, etc. Les solutions existent et relèvent, pour une part non-négligeable, de choix opportuns ne générant pas ou peu de surcoûts! La prise en compte du handicap dans le choix du bâtiment et de son aménagement a d’ailleurs toutes les chances de bénéficier à l’ensemble des collaborateurs en améliorant le bien-être sur le lieu de travail. Naturellement la question du handicap en entreprise ne se limite pas à l’aménagement des locaux et, aux thèmes du bien-être des collaborateurs : elle doit participer de la vision sociale de l’entreprise. Pourquoi ne pas considérer le handicap au même titre que la diversité des cultures, des origines sociales, des genres ou des générations, id est comme participant de la richesse du dialogue social et de la créativité au sein des entreprises ? On notera d’ailleurs qu’une stratégie entrepreneuriale résolument volontariste sur le sujet du handicap multiplie les chances d’accroître son attractivité envers l’ensemble de ses publics.

Anticiper la législation

Enfin, il ne faut pas sous-estimer la détermination du législateur à favoriser l’intégration des personnes handicapées dans les entreprises. L’un des grands axes de la loi « pour l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées » de 2005, dite « Loi Handicap », concerne l’accessibilité. On sait ainsi que les établissements recevant du public (ERP) et les installations ouvertes au public (IOP) ont jusqu’en 2015 pour se mettre en conformité et permettre un plein accès aux personnes à mobilité réduite. Si les lieux de travail n’ont pas les mêmes obligations, il faut cependant relever que la multiplication des espaces spécialisés ouvre la porte à une interprétation extensive de la loi. On note d’ailleurs une réelle dynamique en ce sens. Un décret d’octobre 2009 portant sur l’accessibilité des lieux de travail aux travailleurs handicapés, stipule que tout local professionnel, à construire ou à rénover, doit prévoir l’accès des personnes handicapées à compter du 24 avril 2010. En 2011, le Conseil d’Etat a écarté toute possibilité de dérogation à ces dispositions, désormais inscrites dans le Code du Travail. La même année, un décret a mis en œuvre de nouvelles dispositions quant à l’évacuation des personnes handicapées des lieux de travail en cas d’incendie. Cette dynamique porte donc à croire que les entreprises ne feront plus longtemps l’économie d’une accessibilité générale de leurs locaux aux personnes souffrant d’un handicap. Aux maîtres d’ouvrage d’anticiper dès aujourd’hui!

Les arguments en faveur d’une prise en compte des handicaps par les entreprises sur leurs lieux de travail se révèlent donc nombreux et, loin d’en faire une contrainte, ouvrent de nouvelles perspectives pour les entreprises visionnaires et solidaires.

Une réponse à L’entreprise solidaire

  • l’entreprise solidaire ca passe par des éménagements des temps de travail, la possibilité de travailler a distance, mais aussi une écoute des aspirations des salariés et une vision à long terme, avec l’assurance d’avoir des perspectives d’évolution.

    Charlène

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Merci de résoudre l\'équation pour soumettre votre commentaire: *

Bienvenue sur le blog d’Aventive!

Première visite ? Cliquez ici.

LinkedIn

Twitter