Social

Chut, je travaille !

La norme qui va révolutionner l’acoustique dans les open space

La norme volontaire S 31-199 de l’AFNOR sur la « Performance acoustique des espaces ouverts de bureaux » a été publiée en mars 2016 et une première journée de présentation a été organisée par l’AFNOR le 4 octobre 2016.

Le principal objectif de la norme est de réduire le bruit et d’encadrer la qualité sonore des espaces partagés pour améliorer le bien-être au travail. Conversations intempestives, téléphone, allées et venues, bruits d’équipements, comportement de certains salariés… le bruit est la première source de gêne citée par les personnes qui travaillent en open space, comme le montrent de nombreuses études récentes ainsi que la multitude de produits acoustiques proposés par les fabricants !

Continuer la lecture

Handicap et accessibilité au bureau

Les XVes Jeux paralympiques d’été se sont déroulés à Rio de Janeiro au Brésil du 7 au 18 septembre 2016. Les athlètes français ont ramené 28 médailles dont 9 en or, réaffirmant à quel point le handicap n’en est plus un dans la pratique du sport ! Mais qu’en est-il dans les bureaux ? Les lieux de travail doivent être accessibles à tous, et notamment aux personnes handicapées, quel que soit le type de handicap (physique, sensoriel, cognitif, mental ou psychique). L’accessibilité est un élément déterminant de l’intégration sociale et professionnelle des personnes handicapées. Comment permettre leur insertion professionnelle ? Que dit la loi sur les ERP ? Comment prendre en compte les multiples situations de handicap et adapter les espaces de bureau en conséquence ?

JO de Rio 2016 – Athlétisme 800 m femmes © Brandao

L’accessibilité pour tous, partout

À ce jour, 1 million d’Établissements Recevant du Public (ERP) sont soumis aux obligations de la loi du 11 février 2005. Les normes d’accessibilité doivent permettre aux personnes handicapées de circuler avec la plus grande autonomie possible, d’accéder aux locaux, d’utiliser les équipements et les prestations, de se repérer et de communiquer. L’accès concerne tout type de handicap (moteur, visuel, auditif, mental…). Les conditions d’accès doivent être les mêmes que pour les personnes valides ou, à défaut, présenter une qualité d’usage équivalente. L’accessibilité de ces établissements et de leurs abords concerne les cheminements extérieurs, le stationnement des véhicules (dans un espace parking privé, nécessité d’avoir 2 % des places accessibles au 1er janvier 2015), les conditions d’accès et d’accueil dans les bâtiments, les circulations horizontales et verticales à l’intérieur des bâtiments, les locaux intérieurs et les sanitaires, les portes, les sas intérieurs et les sorties, les revêtements des sols et des parois, les équipements et mobiliers intérieurs et extérieurs susceptibles d’y être installés (dispositifs d’éclairage et d’information des usagers).

Continuer la lecture

Retour sur la rencontre ACTINEO New Topics

 

Sur fond de climat social tendu en grande partie lié à l’assouplissement du Code du Travail et la « Loi Travail El Khomri » qui devrait être adoptée à l’été 2016 (sauf retrait du Gouvernement), ACTINEO nous reçois à l’Archipèle [i] , ancien Siège de l’INPI mis à disposition de la Ville de Paris pour des activités sociales et solidaires mais également ouvert aux travailleurs nomades, pour traiter la question sensible du temps de travail dans l’entreprise «flexible ou inflexible ».

Alain d’Iribarne, Directeur de Recherche au CNRS et Président du Conseil scientifique d’Actineo, ouvre le débat en mettant en avant que la notion du temps de travail, même si elle est très encadrée en France du point de vue législatif, au travers des accords de branches ou encore les conventions collectives dans les entreprises, le sujet a donné lieu à peu d’approches comparatives avec d’autres pays du point de vue statistique ou encore scientifique certainement du fait des tensions ou enjeux sociaux-économiques que cette question induit. Néanmoins et indubitablement la question du temps de travail est étroitement liée à la notion d’espace qui paradoxalement a connu ces dernières années de fortes évolutions. En effet, les postes de travail classiques sont devenus aujourd’hui une composantes parmi d’autres de l’environnement de travail du salarié, qui dispose de lieux multiples au sein de l’entreprise voire à l’extérieur. Les entreprises modernes pour être performantes tendent à assouplir la contrainte spatiale pour faciliter les nouveaux modes de travail dont mobilité et autonomie sont les maîtres mots (télétravail, tiers lieux, …). Continuer la lecture

Trouver l’équilibre entre intimité et collaboration

Pour poursuivre une réflexion [i] que nous affirmons essentielle, tant l’organisation du lieu de travail impacte sur la performance générale des entreprises et administrations, Aventive vous soumet le compte-rendu d’une conférence organisée par la Harvard Business Review de Londres. Deux chercheuses de la société Steelcase y sont intervenues, sans faire mystère, chiffres à l’appui, des critiques exprimées sur les espaces ouverts. Le lien qu’elles dressent entre l’évolution indispensable des méthodes managériales et les espaces partagés comme outil de performance nous semblent particulièrement pertinent et c’est pourquoi nous vous en proposons la traduction ci-dessous.

Vous pouvez retrouver l’article dans sa version originale sur le site de Rullion Solutions.

Continuer la lecture

Améliorer la santé via l’environnement de travail

Aux Etats-Unis, les questions de santé publique sont devenues d’une actualité brulante, au regard des problèmes rencontrés par une vaste partie de la population. Naturellement, cet intérêt accru a dépassé le cadre des seules politiques publiques pour pénétrer dans la sphère des entreprises, lesquelles semblent avoir pris brutalement conscience des coûts générés par les problèmes de santé et de mal être de leurs salariés. Les fruits des recherches conduites outre-Atlantique pour traiter cette problématique commencent à être cueillis et on y relève d’ores et déjà un certain nombre de pistes qui ne manqueront pas d’interpeler les professionnels de l’aménagement, y compris sur le Vieux Continent.

Continuer la lecture

Communautés sur le lieu de travail, nouveau levier de performance

Les logiques d’aménagement répondent à la conjonction des stratégies de management, des technologies disponibles, du bâtiment et, bien évidemment, de la ressource humaine. De ces quatre facteurs, la technique et la structure ont connu des avancées conséquentes au cours des dernières années, les nouvelles technologies induisant par ailleurs une mutation profonde des économies modernes. De la production de produits – matières premières ou transformées – nous sommes entrés dans une ère où la valeur réside essentiellement dans la production intellectuelle, ce qu’on a baptisé « économie de la connaissance ». La demande est si forte qu’elle crée un nouveau paradigme où, d’une poignée de sachants, c’est aujourd’hui l’ensemble de ressources humaines des organisations qui est sollicité pour créer de la valeur ! Nécessairement, cette nouvelle compréhension de la ressource humaine comme source première de performance conduit à rechercher de nouvelles méthodes de management susceptibles de lui permettre d’exprimer son plein potentiel.

Ian Gee et Matthew Hanwell, spécialistes en organisation et RH, auteurs du guide « The Workplace Community », proposent une solution susceptible de répondre à cette exigence de sollicitation de l’intelligence collective. Parce que ces évolutions impacteront nécessairement sur les stratégies immobilières dont, nous, professionnels, avons la responsabilité, nous souhaitons vous en proposer une traduction ci-dessous.

Vous pouvez retrouver l’article dans sa version originale sur le site Personnel Today.

Continuer la lecture

Espaces de travail : encadrer ou innover ?

Le développement des modes de travail est pris – aujourd’hui plus que jamais ? – entre deux forces potentiellement contradictoires. Schématiquement, l’une vise à favoriser les best practices et tend donc, entre autres, à une structuration croissante des process, à favoriser le reporting et à multiplier les occasions de communication top > down pour que l’ensemble des personnels soient au fait des pratiques performantes. Cette stratégie trouve un écho, par exemple dans les processus de certification qualité ou dans le principe de précaution. Elle tente d’anticiper et prévenir le risque en s’appuyant fortement sur ce qui a fait la démonstration de son efficacité. Cela n’empêche cependant pas de garder un œil ouvert sur ce qui serait susceptible d’améliorer ses process, mais la priorité à l’innovation est moindre. L’autre force s’incarne dans la volonté de favoriser l’innovation en abattant les barrières susceptibles d’entraver ce qui a été baptisée « intelligence collective » et tend donc à faciliter la diffusion de toujours plus d’informations pour y trouver des sources d’inspiration, à favoriser la communication transversale et le brainstorming en équipe. Tout l’enjeu des organisations est de trouver l’équilibre efficient entre ces deux impératifs, le fait de favoriser l’un ou l’autre à l’extrême menant inévitablement à l’échec soit par un excès de rigidité nuisible à l’innovation, soit par une incapacité à mettre en ordre (et en marché…) le produit des créations individuelles et collectives.

Continuer la lecture

Manager avec l’espace

Les modifications des environnements de travail des salariés ne vont jamais de soi. Elles nécessitent un travail de pédagogie pour faire comprendre quels en sont les objectifs et les avantages attendus. Plus encore, la prise en compte en amont de leurs conditions de travail contribue à rassurer les utilisateurs sur les bénéfices d’une transformation, souvent anticipée avec appréhension. Les managers de proximité sont dès lors conduits à jouer un rôle-clé dans la conduite du changement, tant par leur compréhension des besoins de leurs services que par leur capacité à expliquer les bénéfices des évolutions de l’environnement de travail à leurs collaborateurs. Experts du quotidien de leur entreprise, leur présence active aux côtés de l’aménageur favorisent indéniablement la performance des espaces de travail. Pour conduire cette démarche participative, Aventive s’appuie sur la longue expérience de ses Associés, mais également sur une plateforme d’expertise étendue regroupant des partenaires à la pointe de l’innovation sur les différentes dimensions – sociales, financières, techniques, environnementales… – d’un projet immobilier. Expert RH, Relations sociales et RSE, passé notamment par les NMPP (Presstalis) et Groupama, aujourd’hui Associé chez Crosstalent, François Rajaud fait partie de ce réseau et propose une nouvelle fois de partager avec nous son retour d’expérience, sa vision du lien étroit entre les utilisateurs et leurs environnements de travail et l’importance du rôle des managers dans le process d’aménagement des lieux de travail, ceci afin de créer un véritable management de et par l’espace.

« L’encadrement a peu à peu perdu la maîtrise des temps et des flux » écrit le sociologue François Dupuy. Nous pouvons ajouter : « et de surcroît des espaces ». N’est-ce pas avant tout avec les managers qu’il convient de concevoir des espaces de travail comme véritable ressource professionnelle pour eux-mêmes, et comme réels lieux de ressourcement pour des salariés qui ne seraient plus empêchés de bien faire leur travail ?

Continuer la lecture

L’immobilier, facteur-clé du change management

« Chez Aventive, nous disons à l’envie que l’homme est au cœur du projet. Nous y croyons, et nous le mettons en œuvre dès que l’occasion nous en est donnée. Nous refusons de reproduire systématiquement les schémas qui fonctionnent par ailleurs, nous sommes opposés à la duplication d’un projet à l’autre car nous sommes très attachés à mettre en place des environnements de travail et lieux vie porteurs de sens. Pour y parvenir, les espaces doivent à minima refléter les valeurs de ceux qui les occupent, et non celles de ceux qui les conçoivent. Pour y parvenir, le concepteur devra pouvoir appréhender l’expression d’un besoin en ayant la force de s’affranchir du carcan technico-temporel du projet. Nous avons eu l’opportunité, l’été dernier, de travailler sur une problématique originale lorsqu’un cabinet de Change Management nous a approchés pour traduire un programme purement social qu’il avait élaboré. Il nous a fallu comprendre, interpréter et mettre en perspective des solutions pour réaliser une opération complexe par sa nature et ses enjeux, s’agissant de trouver le site et l’aménager en conformité avec les attentes fortes qui nous avaient été exprimées. » _ Jean-Philippe Zucchiatti – Directeur Associé Aventive

Aventive a sollicité M. Thoai Phong Nguyen, Directeur Associé du cabinet Transformations, pour évoquer leur collaboration dans le cadre du projet d’amélioration du sens donné au travail et de l’engagement collectif au sein d’un grand groupe industriel français.

—————

Transformations est intervenu récemment pour des grands comptes dans le cadre d’importantes problématiques comportementales individuelles et collectives. Pouvez-vous nous présenter l’activité de votre société?

Notre cabinet est un conseil en changement et transformation d’entreprise. Partant d’un travail sur la culture et l’identité professionnelle de nos clients, nous intervenons sur les résistances au changement, qu’elles soient de nature psychologique, organisationnelle ou symbolique.  Nous travaillons notamment à la démystification des tabous ou la levée des peurs par des mises en situation forcément collectives. Il faut pour cela que le client soit courageux et nous fasse confiance, parce que tout changement, toute transformation engendre naturellement des réactions qui peuvent sembler négatives: pour nous, pas de guérison sans fièvre. La pire des situations étant l’absence de symptôme, soit parce que nous n’avons pas assez challengé le corps social, soit parce que cela indique un désinvestissement des collaborateurs dans leur travail.

Continuer la lecture

Échanger dans l’entreprise: les media sociaux confirment la demande

SilkRoad, société américaine spécialisée dans les logiciels RH, vient de faire paraître une étude, intitulée Social Media & Workplace Collaboration [1], sur l’utilisation des media sociaux sur les lieux de travail. Les résultats ne sont guère surprenants mais confirment l’utilisation massive de ces réseaux par les salariés, puisque 75% des sondés avouent s’y connecter quotidiennement depuis leur mobile et même 60% plusieurs fois par jour. Plus intéressant encore, le sondage relève comme premier motif de connexion, le désir de contacter ses collègues, devant l’envie de se distraire et celle d’interagir avec ses clients. On note que ce dernier motif est donné avant tout par les services marketing qui voient les media sociaux comme un outil des plus pertinents pour mettre en œuvre leurs stratégies. Le sondage est bien évidemment agrémenté d’un certain nombre de commentaires qui pointent l’inutilité, voire la contre-productivité, d’une politique d’entreprise visant à limiter l’utilisation des réseaux sociaux par les collaborateurs. Au contraire, la demande d’accès ne devrait que croître et les entreprises seront nécessairement amenées à y répondre en offrant les outils et l’accompagnement nécessaires à l’utilisation des media sociaux. Une autre étude [2], conduite au Royaume Uni par Hyphen, cabinet de conseil en recrutement, dévoile que plus de 40% des salariés apprécieraient d’avoir un échange avec leurs managers par l’intermédiaire de Facebook, et la réciproque se révèle tout aussi vraie !

Continuer la lecture

Bienvenue sur le blog d’Aventive!

Première visite ? Cliquez ici.

LinkedIn

Twitter