Immobilier

Handicap et accessibilité au bureau

Les XVes Jeux paralympiques d’été se sont déroulés à Rio de Janeiro au Brésil du 7 au 18 septembre 2016. Les athlètes français ont ramené 28 médailles dont 9 en or, réaffirmant à quel point le handicap n’en est plus un dans la pratique du sport ! Mais qu’en est-il dans les bureaux ? Les lieux de travail doivent être accessibles à tous, et notamment aux personnes handicapées, quel que soit le type de handicap (physique, sensoriel, cognitif, mental ou psychique). L’accessibilité est un élément déterminant de l’intégration sociale et professionnelle des personnes handicapées. Comment permettre leur insertion professionnelle ? Que dit la loi sur les ERP ? Comment prendre en compte les multiples situations de handicap et adapter les espaces de bureau en conséquence ?

JO de Rio 2016 – Athlétisme 800 m femmes © Brandao

L’accessibilité pour tous, partout

À ce jour, 1 million d’Établissements Recevant du Public (ERP) sont soumis aux obligations de la loi du 11 février 2005. Les normes d’accessibilité doivent permettre aux personnes handicapées de circuler avec la plus grande autonomie possible, d’accéder aux locaux, d’utiliser les équipements et les prestations, de se repérer et de communiquer. L’accès concerne tout type de handicap (moteur, visuel, auditif, mental…). Les conditions d’accès doivent être les mêmes que pour les personnes valides ou, à défaut, présenter une qualité d’usage équivalente. L’accessibilité de ces établissements et de leurs abords concerne les cheminements extérieurs, le stationnement des véhicules (dans un espace parking privé, nécessité d’avoir 2 % des places accessibles au 1er janvier 2015), les conditions d’accès et d’accueil dans les bâtiments, les circulations horizontales et verticales à l’intérieur des bâtiments, les locaux intérieurs et les sanitaires, les portes, les sas intérieurs et les sorties, les revêtements des sols et des parois, les équipements et mobiliers intérieurs et extérieurs susceptibles d’y être installés (dispositifs d’éclairage et d’information des usagers).

Continuer la lecture

Immeubles de bureaux: pour quoi faire ?

Créer des environnements de travail, c’est anticiper les transformations profondes des modes de travail qu’induisent la révolution numérique, la prise de conscience environnementale et les dynamiques sociales et économiques. La conception d’aménagement durablement performant nécessite un effort de projection dans ce que sera le travail ces prochaines années. Résolument inscrit dans cette démarche, Aventive vous propose, à compter de cet été, une série d’articles prospectifs portant sur les bâtiments, les pratiques, l’environnement et la santé sur les lieux de travail. En préambule, nous souhaitons poser la question de l’utilité de l’immeuble de bureaux.

Les modes de travail, les processus, la culture, les métiers, propres à chaque organisation, se traduisent par un ordonnancement particulier du lieu de travail. Leurs évolutions ont nécessairement généré un besoin répété d’inventer de nouveaux modèles d’aménagement des espaces et, ainsi, de la fabrique aux tiers lieux en passant par le Bürolandschaft et les espaces partagés, le lieu de travail a continuellement cherché à s’adapter aux transformations des organisations. Cependant, un défi inédit est aujourd’hui lancé par l’explosion des outils de travail à distance, laquelle pose froidement la question de la pertinence du lieu de travail traditionnel : à quoi servent encore les immeubles de bureaux?

Continuer la lecture

Transformations numériques & Immobilier

L’évolution des modes de travail, et notamment l’intégration des nouvelles technologies, pose aux organisations un défi dont de récents sondages montrent qu’il est encore loin d’être relevé. Si les DSI et les RH sont particulièrement sollicités sur cette problématique, particulièrement en ce qui concerne la formation des salariés aux nouveaux outils et méthodes, la responsabilité des environnements de travail dans la réussite ou l’échec de cette transition numérique apparaît tout aussi centrale. Sans cadre adapté, il n’est pas de transformation possible.

Continuer la lecture

AT Kearney, l’aménagement au plus près de la marque

Printemps 2013. A.T. Kearney, cabinet de conseil en stratégie, prend possession de ses nouveaux locaux au 23 rue de l’Université à Paris. Pour cette société qui emploie des professionnels de haut niveau et accompagne des acteurs majeurs du marché français, ce nouveau siège social incarne une nouvelle étape dans le développement de leur image haut de gamme et de la performance de leurs collaborateurs. Pour répondre à ces exigences, A.T. Kearney a confié à Aventive une mission globale d’accompagnement pour l’aménagement du site et le transfert des équipes.

L’immeuble du 23 rue de l’Université allie des caractéristiques rarement associées. Situé dans un tissu urbain au patrimoine historique fort et synonyme d’élégance, il  a été récemment remis à neuf et bénéficie du label HQE. S’y ajoute une valeur artistique unique grâce à l’exceptionnelle intervention du peintre et sculpteur Gérard Garouste en façade et au rez-de-chaussée. Pour Aventive l’un des challenges est donc de répondre à l’exigence exprimée par le choix du site et par le projet architectural. Au-delà de l’ambition en terme d’image, il faut également proposer aux collaborateurs un environnement de travail fonctionnel, modulable, confortable, moderne, accessible à toutes les générations et les cultures, favorisant l’esprit d’équipe et le travail collaboratif. Naturellement, l’ambition du projet ne doit pas se faire au détriment de la maîtrise des coûts.

Continuer la lecture

Rénovation des immeubles de bureau, regards croisés

Jeudi 25 avril, l’atelier d’architecture Lobjoy & Bouvier, dans le cadre des « rendez-vous du 116 », proposait une conférence portant sur la rénovation des immeubles de bureau. Confrontés au problème croissant de l’obsolescence du parc immobilier[1], utilisateurs et experts sont en effet en recherche active de nouvelles solutions. Sur ce thème, les participants se voyaient ainsi proposer les visions complémentaires d’un propriétaire, d’un utilisateur et d’un architecte.

Les critères de qualité d’un immeuble de bureaux : le point de vue d’un propriétaire

Oivier Haye, Directeur de l’architecture et de la construction chez Gecina, qui ouvre les débats en présentant la vision stratégique de son employeur, foncière au patrimoine de 11 milliards d’euros et employant plus de 500 collaborateurs. Maître d’ouvrage pour son propre compte, Gecina entame la réflexion sur ses bâtiments avant même les mouvements éventuels de ses occupants, en procédant à l’analyse du positionnement de ses biens et notamment de leur durabilité dans le temps. Étonnement, il a ainsi remarqué que nombre d’immeubles des années 1960-1970 disposent de fondamentaux solides, permettant une remise à neuf des bâtiments et des facilités à requalifier le bien en immeuble résidentiel ou de bureaux selon le besoin. A l’inverse, des bâtiments des années 1980-1990 peuvent être condamnés à la destruction, faute de restructuration possible. « Il est alors important de dialoguer avec les acteurs locaux afin de démontrer le bien-fondé de la destruction de certains biens, qui pourrait paraître illégitime au regard de leur jeune âge », souligne Olivier Haye.

Continuer la lecture

Le futur de la climatisation

Le retour – hélas! passager – du soleil pour quelques jours et des températures estivales a relancé, comme à chaque vague de chaleur, le débat sur la climatisation, ses mérites, son coût et ses risques. Nous venons d’ailleurs de passer le 110ème anniversaire de l’invention de la climatisation moderne par l’Américain Willis H. Carrier, l’occasion pour le NY Times de solliciter l’opinion d’un certain nombre de professionnels sur la question [1]. Parmi eux, le professeur d’architecture Steve Badanes égratigne les architectes et constructeurs des dernières décennies qui, du fait de l’existence de la climatisation, ont bâti des édifices sans prendre en compte les spécificités des climats locaux ou faire l’effort de favoriser le refroidissement passif, via l’orientation des bâtiments par exemple. Cette négligence et l’utilisation massive de systèmes mécaniques et chimiques ont eu des conséquences en termes de santé publique (prolifération des agents pathogènes, choc thermique…), de consommation énergétique et d’environnement (surconsommation d’énergie en été, fluides frigorigènes utilisant des gaz à effet de serre, etc.). Toujours selon le professeur Badanes, la climatisation du XXIème siècle devra allier les stratégies de bon sens du passé et les technologies vertes afin de livrer des locaux aussi sains que confortables et moins énergivores. Cette tendance peut d’ores et déjà être perçue dans les bâtiments labellisés (cf. la norme HQE®) mis en chantier et livrés ces dernières années, notamment en ce qui concerne l’orientation, l’isolation, la ventilation, etc.

Continuer la lecture

Nomadisme et lieux de travail

Les résultats d’une étude sur le « workshifting » ont été récemment publiés par la société Citrix. 1 100 responsables informatiques de grandes entreprises, dans onze pays, dont la France, ont été sollicités pour faire part de l’intérêt de leur société pour le développement du nomadisme. Les résultats se révèlent spectaculaires. Pas moins de 93% des organisations comptent, d’ici fin 2013, avoir mis à disposition de tout ou partie de leurs salariés les outils nécessaires à la pleine utilisation de leur environnement de travail quel que soit le lieu ou le moment choisis pour y accéder. Si les entreprises françaises accusent un léger retard, avec moins de 30% d’entre elles ayant mis en œuvre cette démarche facilitant le travail loin du poste, elles entendent le rattraper rapidement dans les 24 prochains mois. Les trois arguments-clés de cette stratégie sont, sans surprise, une rationalisation des coûts d’activité, une plus grande flexibilité pour les collaborateurs et une amélioration du support pour les activités nomades. Au rayon des bénéfices, on note qu’une part substantielle des sondés voient le développement des outils de la mobilité comme un argument pour attirer et retenir les jeunes talents. La suite de l’enquête s’attarde sur les avantages liés à la virtualisation des données, ce qui ramène aux activités de Citrix, son commanditaire.

Un risque pour l’entreprise?

Hors les avantages évoqués dans cette enquête, la mobilité accrue du travailleur, désirée par les entreprises, présente également un certain nombre d’inconvénients. La plus grande inquiétude des employeurs tient aux problèmes qui naîtraient d’une transmission déficiente de la culture d’entreprise. Loin de ses collègues et d’un lieu de vie où s’exprime l’appartenance à une entreprise, le travailleur nomade se trouve en effet déraciné, avec les risques de perdre la transmission d’un savoir-faire propre à son entreprise, d’être moins attaché et solidaire de son employeur, de perdre un niveau de communication – parfois riche d’enseignements ! – exprimé par les attitudes ou les digressions de ses interlocuteurs, enfin de rendre délicat l’exercice d’un management qui n’est plus en prise direct avec le collaborateur. Ces inquiétudes ne sont toutefois pas suffisantes pour ralentir la marche en avant de la mobilité des travailleurs, l’enquête dévoilée ci-dessus en étant une preuve parmi d’autres. Le sujet est d’autant plus d’actualité que le télétravail vient de faire l’objet d’une loi, en date du 29 février 2012, pour inscrire ses modalités dans le Code du travail, répondant ainsi à une demande pour favoriser la croissance de ce nouveau mode de travail (1). Continuer la lecture

Aménagements tertiaires

Les éditions Charles Foster, qui publient l’incontournable Office & Culture, poursuivent leur effort pour apporter matières concrètes et réflexions aux professionnels de l’aménagement. On relève ainsi la parution du manuel Aménagements tertiaires, un guide pratique revenant sur les différentes typologies d’espace, leurs avantages et leurs inconvénients au regard des stratégies retenues pour répondre aux besoins des organisations. Une boîte à outils appelée à s’imposer comme le compagnon indispensable des concepteurs d’environnements de travail.

Autre avancée, la nouvelle version du site Office & Culture, qui se présente comme un complément du magazine et met l’accent sur des visuels destinés à maintenir le lecteur en éveil sur l’évolution des tendances de l’aménagement tertiaire.

Enfin, Aventive est heureux d’avoir retenu l’attention de la rédaction qui lui consacre un encart que nous reproduisons in extenso.

Une approche inventive

Bienvenue à Aventive

 

Ce ne sont pas des inconnus qui se sont associés pour créer cette nouvelle société. Isabel Trigon a longtemps œuvré chez Form’a et Jean-Philippe Zucchiatti chez AOS. Dans un secteur où les acteurs imaginatifs ne manquent pas ils ont défini pour Aventive une approche fondée sur l’analyse des enjeux sociaux, culturels et environnementaux des clients. Des analyses dynamiques dans ces trois domaines viendront donc en amont de toute décision immobilière et feront pendant aux classiques études techniques et financières. Notons que le vocabulaire employé souligne bien ces particularités puisqu’Aventive se définit « comme un cabinet de conseil en environnement de travail et cadre de vie dont la démarche se concentre sur les collaborateurs » et promet de faire de l’immobilier « un levier de performance durable ». Nul doute que cette approche séduira les grands groupes et PME soucieux de développer le potentiel stratégique des environnements de travail.

Performance au travail, et si tout commençait par les bureaux? (II)

En complément des Rencontres d’Actinéo du 16 février dernier, dédié au rôle de l’aménagement dans le bien-être et la performance au travail, l’Observatoire de la qualité de vie au bureau fait paraître un ouvrage rédigé par le Président de son Conseil scientifique, Alain d’Iribarne. Partageant le titre des dernières Rencontres, Performance au travail, et si tout commençait par les bureaux?, ce livre fait la synthèse de plusieurs années d’études et de débats sur le rôle des environnements de travail dans la performance globale de l’entreprise et la rentabilité de l’investissement consenti dans les aménagements pour améliorer le bien-être des salariés. Un travail de référence, qui peut être commandé en ligne auprès des Éditions Italiques.

Performance au travail, et si tout commençait par les bureaux?

Jeudi 16 février, Actinéo, l’observatoire de la qualité de vie au bureau, organisait dans le cadre prestigieux de l’Assemblée Nationale ses 10èmes Rencontres, sur le thème de la performance au travail. Pendant toute une matinée, un parterre de professionnels de l’environnement de travail a fourni sa vision et échangé avec la salle sur l’importance de retrouver le plaisir du travail collectif et le rôle de l’aménagement pour le favoriser et, plus globalement, créer les conditions d’un réel bien-être au bureau.

Quelques faits tenaces furent rappelés en introduction, notamment que le taux d’absentéisme en France est le plus élevé d’Europe. Or, si le niveau d’engagement nécessaire à la performance dépend de la motivation des collaborateurs celle-ci s’avère liée principalement à la relation aux autres, id est la qualité de l’environnement social, et l’organisation du travail, tant au niveau de son contenu mais également de son sens. Ces points soulignent une mutation importante du rapport au travail où la volonté de faire s’est substituée au devoir de faire. Les salariés formulent en conséquence deux exigences fortes que sont la reconnaissance d’une part, la proximité et la présence managériale d’autre part, soit probablement deux problématiques sur lesquels le modèle français doit encore fournir des efforts. Marc Grosser, Directeur des affaires sociales et de la responsabilité sociétale au sein de Danone, souligne le niveau d’engagement extrêmement fort (90%) des salariés du Groupe. Il l’explique par la prise en compte de l’importance du rôle du manager, auquel il est demandé en priorité de travailler à la clarté de ses demandes et à accompagner le collaborateur dans son développement professionnel. La gestion RH des managers n’est plus tant celle des ressources que celle des relations humaines.

Continuer la lecture

Bienvenue sur le blog d’Aventive!

Première visite ? Cliquez ici.

LinkedIn

Twitter