Améliorer la santé via l’environnement de travail

Bien-être au travailAux Etats-Unis, les questions de santé publique sont devenues d’une actualité brulante, au regard des problèmes rencontrés par une vaste partie de la population. Naturellement, cet intérêt accru a dépassé le cadre des seules politiques publiques pour pénétrer dans la sphère des entreprises, lesquelles semblent avoir pris brutalement conscience des coûts générés par les problèmes de santé et de mal être de leurs salariés. Les fruits des recherches conduites outre-Atlantique pour traiter cette problématique commencent à être cueillis et on y relève d’ores et déjà un certain nombre de pistes qui ne manqueront pas d’interpeler les professionnels de l’aménagement, y compris sur le Vieux Continent.

Plus mobile pour une meilleure santé et productivité

La position assise est de plus en plus considérée comme particulièrement néfaste alors même que les lieux de travail où nous passons une grande partie de la journée constituent l’un des premiers environnements du comportement sédentaire. Non seulement celui-ci est défavorable à la productivité, mais il augmente également le risque de développer des maladies telles que la dépression, l’obésité, les problèmes cardiaques ou le diabète [1]. Aux Etats-Unis, certaines entreprises proposent des programmes de fitness à leurs salariés, en échange de réduction des frais d’assurance, mais une étude de la Rand Corporation sur le bien-être au travail a montré que seuls 20% des employés éligibles participent aux programmes de fitness sponsorisés par leur entreprise et 10% aux programmes dédiés à la lutte contre le surpoids. Elle relève également que la plupart des collaborateurs regagnent le poids perdu dans les quatre ans suivant leur participation, démontrant le manque de pérennité de ces programmes.

A contrario, lorsque l’infrastructure du lieu de travail est pensée pour encourager les déplacements et l’interaction, l’accroissement de l’activité physique des collaborateurs s’en trouve facilité durablement. Les bureaux debout, les espaces partagés sans assise (lieu de rencontre informelle, de créativité en équipe…), les circulations extérieures, les escaliers d’interconnexion entre bâtiments, etc., donnent aux occupants une variété d’options sur où et comment travailler et réduisent la sédentarité. Par ailleurs, la variation des positions évite une charge musculaire statique prolongée, propice aux troubles musculo-squelettiques. Incidemment, la variété des espaces stimule la créativité des individus. Dans les espaces-mêmes, il est possible d’utiliser des produits d’ameublement, y compris des tables de réunion ou plans de travail, dont la hauteur facilement réglable s’ajuste aux besoins et envies des collaborateurs [2].

Wooden DeskLe design biophilique

Les équipements et matériaux font également l’objet d’études pour améliorer leur impact sur la santé et le bien-être des utilisateurs. Au-delà des principes ergonomiques et environnementaux désormais bien connus, certaines de ces recherches se concentrent sur l’apport des éléments naturels dans les lieux de travail. En Australie, la fondation Planet Ark a ainsi conduit une étude [3] dont les résultats promeuvent l’utilisation du bois pour réduire le stress, la pression sanguine et le cholestérol. Par ailleurs, elle montre que le bois améliore la qualité de l’air grâce à un processus d’autorégulation : en effet, ce matériau absorbe ou relâche de l’humidité pour maintenir un équilibre avec l’air environnant. Cette piste, parmi d’autres, participe d’une réflexion globale dite de conception d’espaces biophiliques répondant au besoin humain inné de vivre intrinsèquement avec son environnement naturel. L’intérêt de cette démarche novatrice a été particulièrement mis en valeur par les conclusions de l’étude de référence « The Global Impact of Biophilic Design in the Workplace » [4] conduite auprès de 7600 employés dans une quinzaine de pays. L’accès à la lumière naturelle, la présence de plantes, une colorimétrie inspirée des espaces naturels (vert, bleu, brun), l’air frais et l’eau… favorisent sensiblement le sentiment de bien-être des collaborateurs, leur productivité et leur créativité.

Un environnement de travail dynamique, intégrant des éléments naturels, impacte donc directement sur la performance globale de l’organisation en favorisant le bien-être et la santé des collaborateurs. Loin d’être un simple artifice marketing, l’intégration de ces réflexions dans la conception des environnements de travail constitue un enjeu majeur pour les professionnels de l’aménagement. Les recherches et les premières mises en œuvre conduites par les architectes, aménageurs, fabricants et responsables immobiliers jouent un rôle prépondérant pour faire des environnements de travail sains et performants le futur standard des lieux de travail.

 


 

[1] “Designing for Workplace Wellbeing” in Center for active design

[2]Offices Designed for Activity – Standing at Work Can Change Your Lifein LFPress.com

[3]Wood – Housing, Health, Humanityby Planet Ark

[4]The Global Impact of Biophilic Design in the Workplaceby Human Spaces

2 réponses à Améliorer la santé via l’environnement de travail

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Merci de résoudre l\'équation pour soumettre votre commentaire: *

Bienvenue sur le blog d’Aventive!

Première visite ? Cliquez ici.

LinkedIn

Twitter